La concurrence ou le marketing de la trouille

singularite.jpgPartant du principe que c’est le client qui cherche le plus à rogner nos marges, Jacques Neirynck, défend l’idée suivante : « Votre client est votre concurrent le plus féroce » !

Jacques Neirynck est l’auteur du livre « Le marketing sans marketing. Les chemins de la singularité » dont j’avais déjà parlé à l’occasion de l’atelier marketing de mon parcours d’intégration à Coopaname.
Sa thèse est que toute entreprise doit refuser la comparaison avec ses concurrents et rechercher le concept ou le modèle qui la singularise. La différenciation, c’est la comparaison. Être singulier, c’est « refuser la comparaison, refuser d’être mis en concurrence directe, refuser que tout se résume à un prix ».

Reprenant l’expression d’un des présidents de la société AmpaFrance, l’auteur parle de « marketing de la trouille » : « celui qui consiste à accepter toutes les conditions tarifaires qu’on cherche à nous imposer, par peur de perdre le marché au profit d’un concurrent ».

Je trouvais que cette expression sied bien aux conditions tarifaires de certaines consœurs télésecrétaires ;-)
Pour les autres, je tâcherai au fil de ma lecture de revenir sur le modèle de la singularité, mais je ne peux que vous encourager à vous procurer ce livre !

Jacques Neirynck, Le Marketing sans Marketing. Les Chemins de la singularité, Editions d’Organisation, 2002, 190 pages.

Atelier Marketing à Coopaname
Gautier Girard défend l’entreprenariat
Tarifs secrétaire indépendante auto-entrepreneur



ASSPI : Conseils pour réduire vos coûts d’impression

Isabelle Obiols

J’ai rencontré pour la première fois Isabelle lors de l’atelier Communication de mon parcours d’intégration à Coopaname. Soucieuse de vous faire découvrir différents métiers exercés au sein de notre coopérative, je lui avais demandé de nous présenter son parcours et son activité : 

Je m’appelle Isabelle OBIOLS, j’ai 44 ans et je commence une nouvelle vie.
Dans une vie antérieure, j’ai exercé diverses fonctions commerciales (Ingénieur Commerciale, Technico Commerciale, Formatrice Commerciale, Contract Manager) chez un grand constructeur de copieurs et d’imprimantes. 15 ans passés à promouvoir le document, la production de papier, l’équipement pour l’équipement (il vous faut ce copieur parce qu’il est le dernier sorti, sous entendu peu importe ce que vous en ferez !), les gadgets qui ne servent à rien. 15 ans à conseiller les clients pour qu’ils optimisent leurs outils d’impression dans l’intérêt de …mon employeur. J’ai fini par être de moins en moins convaincue de ce dont je devais convaincre. Ma vision s’est éloignée de la stratégie commerciale du groupe.

Nous nous sommes donc séparés d’un commun accord et j’ai créé l’activité de Consultant Expert des systèmes d’impression (ASSPI : Audit, Services et Solutions pour Parcs d’Impression) au sein de Coopaname en Décembre 2009.

Certains oiseaux de mauvais augure, anciennes relations du monde de la bureautique, m’ont prédit que je ne pourrai pas me passer de l’allégeance à un constructeur. Il est vrai que nombre de mes confrères font payer leurs clients pour les « services rendus » et touchent une commission du fournisseur à qui ils ont apporté une affaire. Mais, mon indépendance, j’y tiens et j’y crois. La garantie de sérieux et de loyauté qu’elle donne à mes clients et la sérénité, le sentiment d’être utile qu’elle m’apporte ne peuvent que favoriser le succès de mon entreprise.

Je suis persuadée que les entreprises et, en particulier, les très petites entreprises (TPE) et petites PME, doivent et peuvent rationnaliser leurs impressions pour en limiter les coûts (qui dans certaines professions sont de vrais gouffres financiers proches de la voiture), améliorer leur gestion documentaire (certains croulent encore sous les dossiers multicolores) et s’inscrire dans une démarche de développement durable (satisfaction personnelle ou atout commercial…).

J’apporte à ces petites entreprises mon expertise au travers de prestations de diagnostic, définition de solution technique et/ou formations aux bonnes pratiques d’impression. Mes prestations sont essentiellement rémunérées aux résultats (% des économies réalisées sur une année). Cette formule me permet d’établir un véritable partenariat avec le client car nous avons les mêmes objectifs. Pour en savoir plus, venez visiter mon blog : www.asspi.fr.

Au-delà de ces credo professionnels, intégrer Coopaname, me permet de mettre mes activités et actions en accord avec mon souhait de relations humaines basées sur l’entraide, le partage, le respect et la bienveillance.

Malgré les difficultés, les remises en question inhérentes à tout projet, cette création d’activité est une très belle aventure.



Mes premiers pas sur Facebook

Un peu agacée de ne pas comprendre ce phénomène, je m’étais promis de consacrer un peu de temps au mois d’août à faire mes premiers pas sur Facebook.

La première question qui s’est posée a été de créer un profil personnel ou une page professionnelle.
Plusieurs avis m’incitaient à créer de préférence une page professionnelle. En effet celle-ci permet de disposer de statistiques de consultation, c’est une vitrine au même titre que mon blog et elle évite le mélange pro / perso.
En revanche, elle ne permet pas d’échanger (enfin, je n’ai peut-être pas encore tout compris). Or, je ne vois pas bien l’intérêt de s’inscrire sur une page de télésecrétaire. Qui le ferait ? S’il s’agit pour d’autres télésecrétaires de faire de la veille, mon blog et mon site sont déjà là. Par ailleurs, j’ai visité plusieurs pages de consœurs sans y trouver d’intérêt particulier.

En revanche, les pages personnelles permettent l’échange, et c’est ce que je suis venue chercher sur Facebook.
Recevoir des nouvelles et donner des nouvelles à des connaissances que je rencontre peu.

Ceci dit, je reste un peu perplexe devant certains commentaires personnels, le ton employé et les blagues qui circulent… Sans doute dans quelque temps tout cela me paraitra-il normal ?
Mon bilan de ces quelques semaines sur Facebook : finalement cela ne me prend pas plus de 5-10 minutes par jour et j’y trouve quelques informations…

Consulter mon profil Facebook
Être ou ne pas être sur Facebook ?

Être ou ne pas être visible sur Internet ?



Compétences et formation en télésecrétariat

Nous le savons bien, ce n’est parce que qu’on a été secrétaire pendant des années et que nos compétences ont été appréciées par tous, que nous réussissons comme entrepreneur.
Les compétences ne suffisent pas sans stratégie commerciale et par ailleurs l’inexpérience en matière de gestion de projet et de gestion financière ne facilite pas les choses. Les télésecrétaires débutantes compensant souvent leur manque de stratégie commerciale par une politique de tarifs très bas remettent absolument en cause (mais sans même s’en rendre compte) la viabilité de leur projet d’indépendance.

Une bonne façon de remédier à ces causes d’échec est de chercher une formation complémentaire en marketing et en gestion.

Je ne peux que conseiller la formation que j’avais suivie pour la création de ma librairie spécialisée :
Un DUT GEA PME  en formation continue à l’IUT de Saint-Denis (Paris 13), ou autrement dit un diplôme universitaire de technologie en Gestion des entreprises et administrations, option Petites et Moyennes Entreprises.

(suite…)



Conseils d’une télésecrétaire

Ce blog à pour vocation à partager mon expérience comme télésecrétaire, à parler du métier de secrétaire indépendante en général. Je m’aperçois aussi que de plus en plus de télésecrétaires créent et développement leur propre blog de conseils. Or je ne partage pas toujours leur avis. Forte de ce constat, je m’interroge sur la pertinence de mon blog de télésecrétaire.

Comme je l’ai déjà exposé à plusieurs reprises, je souhaite parler de mon métier et bien sûr en donner ma vision. Si j’ai une tendance aux conseils – en particulier dans la rubrique « Guide » – je le déplore un peu car ce n’est pas mon rôle ! Mon idée était plutôt le partage d’expérience. C’est d’ailleurs ce que je recherche dans la lecture des autres blogs d’entrepreneurs : point d’expertise, mais du vécu, des erreurs et des succès.

Les commentaires ne sont pas une habitude sur Croquefeuille, mais je reçois beaucoup de messages d’encouragement et j’en remercie sincèrement mes lecteurs (car ce ne sont pas que des femmes ;-) ).
Je vais donc continuer sur ma lancée en continuant d’alimenter ce blog.
N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions si vous en avez.

Pourquoi ce blog ?
Mes prestations de télésecrétariat
Guide pour devenir télésecrétaire



L’été d’une télésecrétaire : l’heure des bilans

C’était la première période estivale pour la Compagnie des Télémates. Je n’avais jamais connu d’été en tant que télésecrétaire.

La coupure s’est très bien passée. Mes clients avaient été prévenus. La plupart étaient d’ailleurs en vacances ou ont pendant les mois d’été une activité très réduite. Je n’ai trouvé que peu de travail dans ma boite courriel en rentrant (j’étais même un peu déçue ;-) ).
C’est décidé, l’année prochaine, je prendrai deux semaines !

Comme les fêtes de fin d’année, la fin de l’été est propice aux bilans. A vrai dire, je ne m’étais pas vraiment fixé d’objectifs, donc ce n’est pas difficile. Quant aux seules pistes que j’avais lancées, je n’ai guère avancé dans la réalisation de ces projets.
Néanmoins, la Compagnie des Télémates a désormais neuf mois d’existence. Si je m’étais fixée comme objectif de trouver un nouveau client par mois, cet objectif serait dépassé ! Mon activité me permet d’en vivre, mais la situation ne me paraît pas encore satisfaisante.

Le point qui pêche et que je voudrais améliorer est toujours et encore – ce n’est effectivement pas la première fois que j’en parle, mais je n’ai toujours pas trouvé de solution – c’est l’organisation du travail.

  • L’organisation du travail à la maison, dans la sphère familiale. Non pas que cela se passe mal, mais cela demande des efforts continuels de toute la petite famille et j’aimerais libérer tout le monde de cette contrainte.
  • L’organisation du travail seule. J’ai toujours travaillé seule, mais en tant que télésecrétaire la charge de travail ne s’y prête pas toujours. Il m’arrive donc de refuser des missions trop longues ou sur site en période de surcharge de travail, alors que certaines périodes sont creuses.

Je n’arrive pas à organiser de partenariat avec une collaboratrice. Ce sera un des gros chantiers de la rentrée, mais je sens bien que je ne suis pas très douée dans cette voie là.

Recherche collaboratrice télésecrétaire
Atelier Bilan à Coopaname
Déjà 3 mois que la Compagnie des Télémates est née…



Rencontre entre télésecrétaires

Samedi, j’ai rencontré Sylvie Guiziou, Assistante bilingue français anglais et créatrice d’Optim Office.

Nous nous étions déjà parlé à plusieurs reprises au téléphone, mais ce fut un plaisir de se rencontrer en réel pour la première fois.

L’occasion d’évoquer quelques problématiques autour de notre métier de télésecrétaire comme l’organisation du travail, la prospection et la manière de cibler nos clients ainsi que le rôle des réseaux sociaux dans la promotion de nos activités.

Au cours de cette première année, j’ai peu eu l’occasion de rencontrer d’autres télésecrétaires en dehors du forum des secrétaires indépendantes, mais je trouve cela dommage, car ce sont toujours des moments très enthousiasmants et enrichissants.

Je remercie beaucoup Sylvie pout cet agréable moment.

Découvrez le blog d’Optim Office : http://optimoffice.blogspot.com/



Gautier Girard défend l’entreprenariat

Dans un article du 30 juillet 2010, Gautier Girard revient sur les dangers des prix pratiqués par certains entrepreneurs : « Auto-entrepreneur, vous facturez moins de 20€/heure et comptez en vivre ? Vous allez dans le mur… »

Je partage tout à fait le point de vue développé dans son article, bien que je trouve dommage qu’il ne prouve pas par quelques chiffres à quels points les auto-entrepreneurs vont dans le mur  en pratiquant ces tarifs.
En effet, je crois plus à l’argument qui touche à leur portefeuille qu’à ceux qui touchent à leur responsabilité sociale. On voit bien quand on regarde nos élites à quel point ces mots qui sont dans la bouche de certains sont très loin d’être un moteur pour chacun.

A la lecture des commentaires ont voit d’ailleurs ce qui motive la plupart des gens : « travailler plus pour… ». Avec raison, on ne cite souvent plus la suite ;-)

Je suis également un petit peu choquée quand on parle d’entrepreneurs que beaucoup confondent encore leur temps de travail et leur temps de facturation. Comme je le rappelais dans mon commentaire, il est rare que l’on facture à ses clients le temps que l’on a pris pour mettre en place son offre, pour mettre au point ses tarifs, pour mettre au point ses devis et ses factures, sans parler de son temps de prospection, justement pour trouver des clients.

Je reviens un petit peu sur ces calculs, à partir des 20 euros, pris comme salaire de base par Gautier.

Ingrédients dont nous avons besoin pour définir le coût de revient :

1° le nombre d’heures travaillées :

(suite…)



Mon emploi du temps de télésecrétaire

Les congés d’été sont également le moment de préparer les bonnes résolutions de la rentrée. L’un de mes problèmes récurrents depuis que j’ai commencé mon activité de télésecrétaire (les Télémates ont 9 mois) est l’organisation de mon emploi du temps. Ceci dit, comme je suis une fada des données chiffrées, je prends bien note du temps que je prends pour faire chaque chose (par ailleurs, cela m’est indispensable pour connaître mon prix de revient).
A partir de ces données, j’ai envisagé de m’établir un emploi du temps théorique, ce qui donnerait à peu près ça :

edt.jpg

Tout ceci est bien sûr approximatif.
Ce qui ne change pas beaucoup, c’est la pause du midi qui est vraiment la plupart du temps consacré à du perso, c’est-à-dire à la maison : courses, ménage, lessive… Il fallait absolument leur trouver une place. En général, c’était le samedi, mais cela me gâchait mes week-ends ! et je commençais de mauvaise humeur le lundi matin. Au milieu de la journée, cela a l’avantage de me changer les idées, de me dégourdir les jambes en me faisant quitter mon écran quelques heures.
Quand je suis débordée, cette coupure traditionnelle me sert également de zone de débordement ;-)

Je ne travaille pas le samedi. Je suis étonnée que cette question revienne assez souvent lors des discussions avec les prospects. C’est sans doute parce que toutes les télésecrétaires travaillent le samedi ? Pour ma part, je ne me suis pas mise à mon compte pour travailler tous les jours de la semaine à n’importe quelle heure, mais pour faire le choix de mon organisation de travail.
Le samedi, nous partons dès que possible nous balader en île de France, découvrir les châteaux, les villages, les forêts, marcher et faire des pauses au bord de la rivière. C’est dans ces ballades que je trouve une grande partie de mon équilibre. Je ne veux pas y renoncer : pas horaires, pas de délais, on a le droit de se perdre (oui, ça arrive et ça a l’avantage de rallonger en général la ballade d’une dizaine de kilomètres…).
Bon, c’est vrai des fois, il pleut et nous évitons d’aller patauger dans la boue, donc il m’arrive de travailler si j’ai des choses sur le feu, mais le plus souvent je ne fais rien (car je suis dépitée de ne pas avoir pu me promener, je boude !)
Le dimanche, c’est vraiment quartiers libres. Il est vrai que je suis souvent le matin sur Internet, mais cela dépend vraiment.

Ce qui change en revanche, ce sont les jours et heures de prospection. Dans l’idéal, je me réserve 2x 4 heures dans la semaine, mais ce ne sont pas forcément toujours ces plages là.

A lire aussi :
Comment communiquer avec votre télésecrétaire ?
Pourquoi, est-ce que je ne me déplace pas le matin ?
Les vacances des secrétaires indépendantes ?



Le télésecrétariat à Paris pendant les congés d’été


Contrairement à ce que nous annonçait la météo, le mois de juillet aura été particulièrement chaud, mais j’envisage un mois d’août plus calme.

Quand j’ai accepté une mission de remplacement sur site pour quatre après-midi par semaine, outre ma mission extérieure habituelle du mercredi après-midi, je ne pensais pas être aussi surchargée de travail ce mois-ci.

Si les missions de secrétariat pour certains prestataires de services se sont bien calmées, les retranscriptions juridiques se sont en revanche multipliées.

En outre, je n’ai jamais eu autant de demande de devis pour la retranscription de colloques, d’ateliers et de réunions. Il faut dire que le mois de juin est la bonne saison pour ce genre de manifestation et que les demandes de retranscription ne manquent pas de suivre.

Une collaboratrice m’a bien manqué ce mois ci, mais je n’ai toujours pas pu avancer sur ce sujet qui est donc repoussé à la rentrée.



123456

aefconfections |
CR CONSEILS ET INNOVATIONS |
www.elevationconseil.fr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Succès Marketing
| Entre Organisation et Equit...
| 3D-Margot-Marina-Franck