La concurrence ou le marketing de la trouille

singularite.jpgPartant du principe que c’est le client qui cherche le plus à rogner nos marges, Jacques Neirynck, défend l’idée suivante : « Votre client est votre concurrent le plus féroce » !

Jacques Neirynck est l’auteur du livre « Le marketing sans marketing. Les chemins de la singularité » dont j’avais déjà parlé à l’occasion de l’atelier marketing de mon parcours d’intégration à Coopaname.
Sa thèse est que toute entreprise doit refuser la comparaison avec ses concurrents et rechercher le concept ou le modèle qui la singularise. La différenciation, c’est la comparaison. Être singulier, c’est « refuser la comparaison, refuser d’être mis en concurrence directe, refuser que tout se résume à un prix ».

Reprenant l’expression d’un des présidents de la société AmpaFrance, l’auteur parle de « marketing de la trouille » : « celui qui consiste à accepter toutes les conditions tarifaires qu’on cherche à nous imposer, par peur de perdre le marché au profit d’un concurrent ».

Je trouvais que cette expression sied bien aux conditions tarifaires de certaines consœurs télésecrétaires ;-)
Pour les autres, je tâcherai au fil de ma lecture de revenir sur le modèle de la singularité, mais je ne peux que vous encourager à vous procurer ce livre !

Jacques Neirynck, Le Marketing sans Marketing. Les Chemins de la singularité, Editions d’Organisation, 2002, 190 pages.

Atelier Marketing à Coopaname
Gautier Girard défend l’entreprenariat
Tarifs secrétaire indépendante auto-entrepreneur



aefconfections |
CR CONSEILS ET INNOVATIONS |
www.elevationconseil.fr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Succès Marketing
| Entre Organisation et Equit...
| 3D-Margot-Marina-Franck